Piscine hors sol

Contrairement à la piscine enterrée, la piscine hors sol repose directement à la surface du sol. Ces piscines ne nécessitent pas d’aménagement particulier ; une surface plane pour la poser suffit. Cependant, les modèles plus complexes peuvent êtres semi-enterrés. La piscine étant démontable, il n’est pas nécessaire d’acquérir un permis de construire. Par contre, il est nécessaire de faire une déclaration de travaux pour une piscine de plus de 20m² et 1m de haut.

Les types de piscines hors sol

Deux types de piscine hors sol peuvent être distingués : la piscine en kit et la piscine autoportante.

La piscine en kit est une piscine à coque rigide, elle peut être semi enterrée. La coque extérieure peut être construite en divers matériaux rigides comme le bois, le plastique ou la résine de synthèse renforcée, tandis que l’intérieur est composé d’une toile (ou revêtement) plastique : le liner.

Quant à la piscine autoportante, elle est constituée d’une poche en polyester. Cette paroi est maintenue soit par des parois gonflables soit par des armatures. De là découle la dénomination de piscine autoportante souple ou à armatures. Ces piscines doivent comprendre un système d’entretien comme le filtrage, les conduites d’eau… des équipements parfois en option pour certains kits.

Avantages et inconvénients de la piscine hors sol

La piscine hors sol est facile à monter et ne nécessite pas de papiers administratifs pour sa construction. Dans la limite des 20 m , la non-nécessité de déclaration de travaux implique une exemption d’impôts pour la piscine. Une surface plane est suffisante, mais celle-ci doit cependant être compacte. En effet, le poids de l’eau peut affaisser les sols meubles. Le principal inconvénient de la piscine hors sol concerne ses dimensions. Il est difficile de trouver une piscine hors sol aux dimensions identiques à celle de la piscine enterrée conventionnelle.